La gnôle


De gauche à droite : chartreuse 2002, mirabelle 1999, prune 1993, arquebuse 2002,
vulnéraire 2000, génépi 1993, gentiane de la Forclaz 2000,
cerise 1979, marc de raisin du Bugey 1973

La gnôle c’est mon médicament !
Tout le monde sait que la gnole aide a digérer les fondues, tartiflettes, reblochonades, diots, crozets …. mais elle peut se révéler un vrai médicament lorsqu’on a une angine ou une grippe. Il suffit de boire un grog.

Préparation d’un grog :
– mettre dans un bol un petit verre de rhum ou de gnole d’acool de fruits à pépins et surtout pas à noyaux
– ajouter le jus d’un citron pressé
– compléter le bol avec de l’eau bouillante
– sucrer le tout avec du miel, celui de sapin est encore plus efficace contre le mal de gorge.


Comment faire sa gnole?
Il y a 2 étapes dans la fabricationde sa gnole : la fermentation des fruits, puis la distillation.
La première étape consiste à se procurer des fruits bien mûres et de les broyer. On peut les broyer à la main ou utiliser un pressoir ou une grosse râpe. Ensuite vous remplissez de cette purée les gros tonneaux de 100L en plastique aux 3/4 et vous les fermez. Puis laissez fermenter plusieurs mois en ouvrant de temps en temps pour éviter qu’ils explosent.
Pour la distillation, il faut attendre que le bouilleur de cru passe au village. On arrive avec ses tonneaux et on attend notre tour. Un bon bouilleur distille lentement pour avoir une meilleure rectification (séparation du mauvais et du bon alcool).

Avertissements :
Tout le monde peut produire sa gnole en faisant appel à un bouilleur de cru ambulant mais il faut déclarer le nombre de litre distillé et s’affranchir de la taxe qui est de 14,50€ par litre d’alcool à 90° (on se fait vraiment plumer). Heureusement il existe encore des privilèges qui permettent à certaines familles de distiller 20 litres par an sans être taxé. Hélas ces privilèges ne peuvent plus se transmettrent, tout comme le doit d’exercer le métier de bouilleur de cru. Ainsi, quand les bouilleurs de cru prendront leur retraite, cette tradition disparaitra.

Et bonne nouvelle :
La loi de Finances 2003 avait prévu la suppression du privilège de bouilleur de cru au 31 décembre 2007. Les députés et les sénateurs viennent de voter par amendement le report de la suppression de ce privilège au 1er janvier 2013.
Maintenu 5 ans de plus, ce privilège exonère le bouilleur de droit sur les dix premiers litres d’alcool pur, soit par exemple vingt litres de gnôle à 50°.
Pour le bouilleur de cru qui ne possède pas le privilège, le tarif ne change pas non plus : c’est 7,25 € par litre d’alcool pur (pour 2 litres d’eau-de-vie à 50° par exemple) jusqu’aux dix premiers litres, et 14,50 € pour les litres suivants.
Cependant cette suppression du privilège n’est que reportée ce qui est loin de nous satisfaire !

Etiquettes pour bouteille de gnôle :
Ce n’est pas une tradition, mais presque. Beaucoup d’amateurs de gnôle mettent leur précieux liquide dans des bouteilles de Perrier en verre. Mais malgré l’expérience, il peut nous nous arriver de se tromper de gnôle, voir même servir un grand verre de mirabelle à son petit filleul en croyant que c’était de l’eau gazeuse. Pour éviter cet incident, voici les étiquettes à télécharger en fomat PDF, prêtes à être imprimées à la bonne taille ! Il vous suffit de cliquer sur l’image pour ouvrir le fichier pdf, puis de lancer l’impression.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un commentaire pour “La gnôle”

?>